Tout ne se trouve pas dans les livres

Tout ne se trouve pas dans les livres

Marc-André Charbonnier


AUTOMOBILE


Le poste
J’ai commencé mes études par une école d’ingénieur à Valenciennes (Ensimev) avant d’obtenir un Doctorat à l’Ecole centrale de Lyon. Après mes études, j’ai continué un temps dans cette filière technique. J’ai bifurqué dans le management de projet. Et cette nouvelle orientation professionnelle m’a plu. J’ai alors intégré Brandt en tant que directeur qualité pendant trois ans. Fort de cette expérience, je suis rentré chez Renault-Trucks, là-encore, comme directeur qualité des usines d’assemblage. Par la suite, j’ai occupé plusieurs fonctions au sein du groupe, notamment celui de directeur international de fabrication. Ce fut un vrai tournant dans ma carrière. Aujourd’hui, je suis chargé par le Groupe de créer une usine à Alger où je me suis installé depuis quelques mois. Je dois monter cette structure de toute pièce. Je pars d’une feuille blanche dans un pays que je ne connaissais pas. A 55 ans, le challenge est formidable.

Les missions
Créer cette usine implique de tout créer. Aujourd’hui, je suis dans la phase administrative de l’opération : création des statuts, mise en conformité avec les lois locales, recherche d’un lieu, études de la fiscalité, plan d’embauche à mettre en place etc… En même temps, nous construisons et équipons l’usine. Après la création, mon rôle sera bien sûr de la faire tourner l’usine. Si nous parvenons à réaliser nos objectifs, nous devrions ouvrir et commencer à assembler des camions à la fin de l’année 2018. Sachant que les véhicules qui sortiront de chez nous sont destinés au marché algérien.

Attraits et exigences
Ah, c’est un vrai challenge ! Je me retrouve dans un projet où il faut tout penser et donc tout piloter. Outre les aspects administratifs que je découvre, je suis emballé par  le fait de devoir constituer des équipes de A à Z. Humainement, je n’avais pas encore connu un tel cas de figure qui plus est dans un environnement international. Après, il est vrai qu’il faut avoir la capacité à emmagasiner voire à absorber tout cela. Cela demande du temps, de l’implication et nécessite une grande écoute. Gérer ce type de projet demande une certaine expérience.  

Les conseils
Travailler à l’international implique de la curiosité et de l’ouverture d’esprit. Je crois aussi qu’il faut être un brin débrouillard car tout ne se trouve pas dans les livres…En somme, il faut oser. Après, parler l’anglais est un minimum mais parler la langue locale demeure un plus afin de bien s’imprégner des us et coutumes. En guise de conclusion, j’ajouterai que l’international relève de l’aventure.  Mais quelle belle aventure…

Marc-André Charbonnier
Volvo Groupe – Directeur d’usine Algérie
CCE Auvergne-Rhône-Alpes