Le numérique est la porte vers l’international

Le numérique est la porte vers l’international

Frédérique Besson


DIGITAL


Le poste
J’ai créé et dirige la start-up “ The Perfumist“, dont le siège est à Grasse (06), qui propose une application internationale permettant de choisir son parfum et/ou de construire son propre parfum, grâce à des algorithmes, en fonction de ses propres goûts. Nous avons plus de 10 000 parfums recensés et sommes traduits dans 23 langues. Ce qui implique une connaissance multiculturelle parfaite de l’ensemble des marchés sur lesquels nous sommes implantés. Pour avoir passé 23 ans en Asie, nous avons une antenne sur place où je passe beaucoup de temps. Je parle couramment quatre langues : anglais, espagnol, chinois, thaïlandais. Essentiel.  

Les missions
Comme tout chef d’entreprise, je gère les aspects financiers, stratégiques et de développement qui sont par définition différents en fonction des zones géographiques ciblées. Je manage une équipe de huit personnes, plutôt jeunes, très créatives, ce qui m’oblige à me remettre en question en permanence et de rester au fait des avancés du numérique qui sont sans cesse en évolution. L’autre grande difficulté est de savoir répondre aux attentes de nos clients aux cultures sensitives tellement locales. Il faut donc être à l’écoute, faire des choix, récolter de la data, saisir les opportunités etc… Bref, être curieux du monde.

Attraits et exigences
Les attraits et les exigences relèvent des missions du poste. Mais si je devais retenir un point en particulier, je dirai que j’approche de la cinquantaine et que le fait de devoir me former en permanence est une chance incroyable. Je vis à 200% dans le 21e siècle grâce à mon métier. Cette chance implique des exigences. Comme celle de rester au fait des Réseaux Sociaux et de toutes les nouvelles technologiques. Les exigences sont aussi légions. La principale est évidemment d’avoir cette ouverture sur le monde. Je dois oublier que je suis Français. Cela peut paraître évident mais pas si facile dans les faits.  

Les conseils
Quand on décide de partir à l’international, il faut avant toute chose bien étudier son marché. C’est le premier conseil que je peux donner. Le but est de cerner si il existe une demande précise à laquelle vous pouvez répondre via votre produit ou votre service. Après, il faut savoir s’entourer. On ne réussit jamais seul. Ce n’est pas vrai. Enfin, il faut savoir s’adapter et faire preuve d’humilité. Sans ces qualités, vous allez droit dans le mur. A l’étranger, personne ne vous attend.

Frédérique Besson
PDG “ The Perfumist ”
CCE PACA