Les lauréats du Grand Prix de l’international que sont-ils devenus ?

Les lauréats du Grand Prix de l’international que sont-ils devenus ?

Joselyne Studer-Laurens


De 2013 à 2018… quelques nouvelles

« Savoir n’est pas suffisant, nous devons appliquer. Être prêt n’est pas assez, nous devons agir ». Léonard de Vinci

Le Grand Prix de l’International trouve son origine dans l’ensemble des Prix décernés par les comités territoriaux et régionaux depuis près de 40 ans. Le Sud-Ouest a commencé, comme le souligne Olivier de l’Étoile, président fondateur du comité des Hauts-de-Seine à cette période, puis, très vite, les autres régions ont lancé, à leur tour, leur prix. Citons le prix Jacques Cresson qui est remis chaque année, organisé par le comité Val de Marne auquel se sont joints les comités Seine-et-Marne et Essonne.

Rappelons que l’objectif des conseillers du Commerce extérieur de la France est, d’une part, d’apporter leur expérience en témoignant et en présentant leur parcours à l’international et, d’autre part, d’expliquer ce qu’il est indispensable de mettre en œuvre lorsque l’on veut développer les affaires à l’étranger. Les compétences nécessaires sont multiples, quel que soit le niveau de la formation suivie, du BTS au master 2, de l’école de commerce et de gestion à l’école d’ingénieur. L’essentiel est de mettre en valeur la vision « pratique » des travaux des étudiants primés, ce que souligne notre jury final du grand Prix national, présidé depuis son origine par Jean-Marc Vittori, éditorialiste Les Échos.


Le Grand Prix de l’International des CCE récompense avant tout le talent de l’étudiant qui sait mettre en œuvre les compétences acquises  dans sa formation en les liant étroitement aux bonnes pratiques du terrain. Et ce que deviennent les lauréats est révélateur de cet objectif : les fonctions dans lesquelles ils se déploient lorsqu’ils ont terminé leur cycle de formation soulignent leur appétence pour le challenge qu’apporte le champ de l’international. Les lauréats de BTS CI, quant à eux, sont très nombreux à poursuivre leurs études.

 

À ce jour, depuis la première édition du Grand Prix en 2013, dix-neuf comités ont participé en présentant leurs premiers Prix décernés aux étudiants de BTS CI et de Bac + 3 /4 /5. Depuis 2013, année de la première promotion, quatre-vingt douze étudiants déjà primés par les comités régionaux CCE ont concouru et quatorze étudiants ont été primés : neuf premiers Prix et cinq Prix spéciaux (Prix spécial du jury et Prix « coup de cœur »)… Nous réalisons un suivi des lauréats et nous présentons ci-après la situation de quelques uns d’entre eux.  


Igor Zbrozhek
Lauréat 2013, étudiant en master 2 de l’université Jean Moulin de Lyon 2 en LEA, présenté par le comité régional Auvergne-Rhône-Alpes qui lui a décerné son premier Prix du Grand Prix des CCE. Igor a poursuivi son projet professionnel dans l’entreprise SAS Comege qui l’a embauché après son stage pour développer l’activité export dans les pays de l’Est. Au bout de trois ans, Igor a été débauché par un cabinet de recrutement pour occuper le poste de responsable commercial export monde pour une PME de Lorraine spécialisée dans le matériel forestier. Aujourd’hui, après trois années d’expérience supplémentaire, Igor s’est lancé dans la création d’entreprise pour se spécialiser dans la conception, la fabrication et la vente de matériel forestier et agricole en France et à l’export.

Jessica Depret
Lauréate 2014, étudiante en BTS CI à la Cadenelle à Marseille, présentée par le comité régional Provence-Corse qui lui a décerné son premier Prix Challenge à l’international. Jessica a poursuivi son activité professionnelle dans le secteur transport maritime chez CMA CGM en tant que « Customer Officer ».

Sarah Macia
Lauréate 2014, étudiante en DUTA Responsable Import-Export à l’IUT de Bordeaux 4, présentée par le comité régional Aquitaine qui lui a décerné son premier Prix de l’international. Sarah, après avoir été responsable de zone export Afrique et DOM TOM chez Oleron Export a choisi la voie de la diversification en se spécialisant dans la RSE et le développement durable, notamment chez BNP Paribas Leasing Solutions en tant que chargée de mission RSE Corporate.

Pamela Jamault
Lauréate 2015, étudiante en master de management international à l’ESC Kedge Business School, présentée par le comité régional Bretagne qui lui a décerné son premier Prix Bretagne sans frontière. Pamela a lancé son entreprise en mars 2014 et poursuit son activité de tourisme en tant que CEO de Tryvell, agence en ligne qu’elle a créée qui propose des séjours touristiques en Bretagne, en Normandie et en Pays de la Loire à destination de touristes étrangers, notamment Chinois.

Mélanie Taktak
Lauréate 2016, étudiante en BTS CI au lycée Périer à Marseille, présentée par le comité régional Provence-Corse, est commerciale export, département produits chimiques chez Georges Daras SA. Mélanie est en charge du développement international des activités de l’entreprise, elle recherche les entreprises à accompagner à l’export sur l’Afrique de l’Ouest, le Maghreb et la Chine. 

 

 

Antoine Nicole
Lauréat 2016, en MBA en Marketing et Commerce international à l’ESCA SUP Montpellier, présenté par le comité régional Languedoc-Roussillon qui lui a décerné son premier Prix de la vocation à l’international. Antoine développe son activité à l’international chez Scaleo Medical à Montpellier en tant qu’export manager.  Une réussite sur le terrain.


Barbara Brizard
Lauréate 2017, étudiante en master 2 « International Business » et major de promotion à MBWay Lyon, présentée par le comité régional Auvergne Rhône Alpes qui lui a décerné son premier Grand Prix CCE. Barbara été embauchée en CDI dès la fin de son cursus dans le domaine qui la passionne de l’événementiel international à Genève en tant que Technology and Implementation Analyst. Barbara souhaite développer sa carrière à l’international dans l’événementiel. 


Maud Michiels
Lauréate 2017, préparant un BTS CI au lycée Saint-John Perse de Pau, présentée par le comité régional Nouvelle-Aquitaine qui lui a remis son premier Grand Prix Export. Le but poursuivi par Maud après son BTS CI : effectuer un master 2 en alternance chez Kedge Bordeaux. Maud souligne qu’elle souhaite allier la théorie de l’école à la pratique en s’investissant dans une entreprise et en découvrant de nouveaux métiers. Mobile sur toute la France, malgré une préférence pour Paris et Bordeaux, les activités dans lesquelles Maud aimerait s’impliquer sont celles du développement marketing et commercial, des achats... une fonction « toujours axée sur l’international ». 

Une passion pour elle : les entreprises des secteurs du luxe et du haut de gamme parce qu’elles regroupent un grand nombre de savoir-faire et sont porteuses d’histoire et de patrimoine. C’est ce qui l’avait passionnée lorsque elle avait travaillé pour Laulhère et vendu des bérets basques à New York, ce qui lui a valu de remporter le Grand Prix des CCE. Maud trouve fascinant et inspirant au quotidien ce type d’activité qui fait perdurer ces métiers et qui les valorise, et elle souhaite contribuer à leur essor à l’international. Maud, après son troisième cycle, prévoit de poursuivre son aventure internationale en postulant pour un VIE.

Les premiers prix décernés sont révélateurs de la forte montée de la présence des jeunes femmes à l’international : sur les neuf premiers Prix remis, six l’ont été à des jeunes femmes et sur les cinq Prix spéciaux : trois ont été attribués à des jeunes femmes. 

Relevons qu’un VIE peut être une suite logique pour les lauréats du Grand Prix, VIE qui ouvrira ensuite la porte à la confirmation d’une carrière à l’international. Les jeunes étudiantes et étudiants construisent notre futur comme le souligne un proverbe chinois « Toutes les fleurs de l’avenir sont dans les semences d’aujourd’hui ».

Joselyne Studer-Laurens
Vice-présidente de la Commission nationale Formation des Conseillers du Commerce extérieur de la France